• Français
  • English
  • Écrivez-nous
 

Cuchillo de palo (108)

de Renate COSTA PERDOMO

  • Cuchillo de palo - 108

Renate Costa est de retour à Asunción, cette capitale qui « tourne le dos au fleuve ». Ces retrouvailles, comme les premiers plans nocturnes du film, auront une coloration mélancolique. Par étapes, la réalisatrice renoue avec quelques repères familiers jusqu’à investir elle-même le cadre, puis, progressivement, s’insinue parmi les zones d’ombre d’une histoire plus intérieure. L’itinéraire qu’elle suit double vite le voyage intime d’une dimension plus politique. Rodolfo Costa avait décidé de ne pas devenir forgeron, comme son père, et ses frères mais danseur. Rodolfo, l’oncle décédé et mal connu de Renate, celui qu’on reléguait au fond de l’image dans les films de famille. Dans les années 80, sous la dictature d’Alfredo Stroessner, comme 108 autres homosexuels, il est placé sur une liste, arrêté, humilié et torturé. C’est en cherchant la vie de cet homme derrière le discours de son propre père, parmi ses amis, des travestis, des prostitués, des homosexuels, que le film libère d’autres récits maintenus sous chape par la dictature et la morale dominante d’une société. Et comme aucun film ne sort jamais vraiment victorieux de sa confrontation avec l’Histoire, Cuchillo del Palo témoigne inséparablement d’un dialogue impénétrable entre un père et sa fille. JB

  • Titre françaisCuchillo de palo (108)
  • PhotoCarlos Vasquez
  • MontageNúria Esquerra, Carlos García
  • SonAmanda Villavieja
  • MusiqueL’Allegro de « La catedral » par Agustín Barrios
  • InterprétationRenate Costa
  • ProductionEstudi Playtime (Espagne)
  • Ventes internationalesUMEDIA : contact@umedia.fr

  • Contact
  • Facebook
  • Crédits
  • LES 3 CONTINENTS / 7 rue de l’Héronnière | BP 43302 | 44033 Nantes Cedex 1 | France | 02 40 69 74 14