Compétition internationale
42e édition
20>29 novembre 2020, Nantes
FR EN

Accueil > Archives > 2009 > Hors-compétition > Séance Spéciale en soutien à la Cinémathèque de Tanger

Séance Spéciale en soutien à la Cinémathèque de Tanger

Le projet de La Cinémathèque de Tanger est né du désir d’un groupe d’artistes de montrer des films peu vus, peu projetés au Maroc, issus d’horizons esthétiques et géographiques lointains. Mais aussi du désir de les conserver, d’en garder une trace et de la perpétuer auprès du public. Après huit ans de travail (acharné), la Cinémathèque de Tanger existe, et a ouvert ses portes au public en 2007, dans les locaux du Cinéma Rif, une salle mythique de la ville, ouverte en 1938.

Deux salles de projection, une bibliothèque de cinéma (la première du genre au Maroc), un centre de consultation, une salle de montage, un café, et des films : multiples, hétérogènes, propices à l’émergence d’une cinéphilie que nous voulons sauvage et insatiable. Mais aussi une collection, essentiellement composée de films du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Des objets singuliers maintenus à la marge des circuits de distribution et pour lesquels nous trouvons le chemin vers le public : courts-métrages, documentaires, films expérimentaux et films d’artistes, mais aussi archives coloniales et post-coloniales, en un album de famille extensible, patrimoine vivant et nomade de nos sociétés que nous faisons vivre à Tanger, et voyager de Paris à Los Angeles, en passant par Londres et Séville.

Mais parce que le peuple des salles obscures est aussi l’audience et les cinéastes de demain, la CdT a, dès ses débuts, oeuvré à l’accompagnement de ses publics via des actions spécifiques : ciné-club mensuel pour enfants avec “La Lanterne Magique”, rencontre avec des cinéastes invités et des master class, ainsi que les ateliers de création documentaire à destination des jeunes Tangerois.

En réponse à l’amicale et chaleureuse invitation du Cinéma Katorza et du Festival des 3 Continents, nous proposons une soirée autour du long-métrage, Réveil de Mohamed Zineddaine (2005), film solitaire, trop peu vu, mais qui représente ce que le cinéma marocain a produit de plus singulier et d’attachant ces dix dernières années.

Tout au long de cette soirée, nous espérons que vous serez Tangérois à Nantes pour quelques heures, comme seul le cinéma est capable de faire de vous le frère d’un “Olvidado” ou la soeur d’une jeune “Oharu”, ou encore l’un des passants de la Gare Centrale du Caire.

 

Bouchra Khalili, Octobre 2009

Lire la suite

Les films