Compétition internationale
42e édition
20>29 novembre 2020, Nantes
FR EN

Accueil > Archives > 2013 > À la croisée des chemins

À la croisée des chemins

À la croisée des chemins : tours détours, autres routes et itinéraires

 

Le film, c’est bien connu, constitue une sorte de voyage immobile. Pour chaque spectateur, il dure le temps de la projection au moins. Pour certains, il génère un retentissement plus personnel, celui d’une expérience inestimable dont l’empreinte agit longuement. Prendre la route, c’est aussi d’une certaine façon appeler un autre surgissement de la réalité. Sans l’avoir prévu toujours, sans l’avoir souhaité non plus, la route, qui n’est pas qu’échappées belles, offre de nous pousser un peu plus loin, hors de nous-mêmes parfois, et de retrouver cette part de soi et du monde qu’on ne voyait plus. Entre le cinéma et la route, entre le film et la voiture, une affinité qui recouvre dès lors autant de surprenants programmes. Pourquoi voyageons-nous ? Pour se défaire des liens qui nous enserrent, pour retrouver une acuité de perception en renouant avec les êtres et les choses, pour que le chemin et la marche nous vident jusqu’à l’épuisement de partitions trop répétées ou trop prévisibles, pour être en d’autres lieux tout simplement, pour avoir des histoires à raconter, pour en vivre, parce que nous n’avons pas le choix. Pour arriver où ? Celui qui part et celui qui regarde partagent aussi de ne pas toujours (vouloir) le savoir. Récits d’apprentissage, de reconnaissance, errance, migration, dévoilements, ou espoirs déçus. Se déplacer, c’est apprendre à vivre. Road-movies ? Pourquoi pas.

Jérôme Baron

Lire la suite

Les films