Compétition internationale
44e édition
18>27 novembre 2022, Nantes
FR EN

Accueil > Éditions > Festival 2009 > Continent J

Continent J

Thriller, road-movie, manga, tragédie, stop-motion, ou drame…

La sélection Continent J s’intéresse cette année au “genre cinématographique” et ses propositions dépassent ainsi l’équilibre entre les nationalités et les continents.
Outre l’invitation à un parcours entre des films aux profils esthétiques, narratifs et thématiques différents, la sélection Continent J s’adresse pour une rare fois à tous les “jeunes” publics de la maternelle à l’Université. Cet équilibre important, recherché par la commission Continent J, s’est effectué alors qu’il était plus délicat que les années précédentes de proposer systématiquement aux jeunes spectateurs des films inédits. Fait des dynamiques inégales de productions cinématographiques à l’échelle des 3 continents (en nombre et en qualité), le choix de la commission s’est orienté ver l’exploration de films déjà sortis en salles pour la plupart, mais peu ou mal vus, et représentant toujours les enjeux culturels et pédagogiques pour lesquels les enseignants, animateurs, éducateurs font confiance au Festival des 3 Continents. La découverte de nouveaux cinéastes est toujours de mise avec le très réussi Gasolina, évocation d’un Guatemala fiévreux et en manque de repères, qui met en scène trois adolescents et leur jeu obsédant et incessant avec les limites du risque et du “feu”. Thriller presque avoué, le film se déroule le temps d’une nuit, grave et électrique.
Ce film guatémaltèque rejoint la veine auteuriste de deux autres films très forts : Tulpan (2008) et Tilaï (1990). Outre le fait qu’ils aient été tous deux lauréats à Cannes, le premier Prix Un Certain Regard en 2008 et le second Grand Prix du Jury en 1990, ils abordent et dissèquent tous deux des situations sociales et culturelles intenses (dans la steppe kazakhe et la brousse burkinabée), pour lesquelles la topographie du pays et de l’habitat est substantielle à la narration et à la puissance formelle du film. Sergey Dvortsevoy et Idrissa Ouédraogo livrent une poésie évidente, l’une épousant le frame, l’autre la tragédie antique ou shakespearienne.
D’autres genres cinématographiques apparaissent frontalement sous la pellicule de trois films bondissants : le manga Paprika de Satoshi Kon, le road-movie cubain Viva Cuba de Juan Carlos Cremata Malberti et le film d’animation de marionnettes Komaneko. Univers imaginaires et utopiques, Paprika et Viva Cuba, aux images foisonnantes et étonnantes, sont aussi hypnotiques que singuliers, alors que Komaneko reste incontestablement la proposition la plus intéressante de cette année 2009 en matière de film d’animation; le “stop-motion” défie ici la révolution informatique de la fluidité de Paprika mais s’y associe pour défendre une illustration pertinente « du film dans le film ».

La sélection Continent J établit cette année une passerelle avec laCom pétition officielle sous les traits du film coréen Bandhobi, histoire d’amour adolescente, belle et amère, abordant d’une caméra sensible le douloureux apprentissage des effets de l’immigration, et celui plus général de l’altérité.

Thriller, road-movie, manga, tragédie, stop-motion ou drame, l’ouverture cette année de la sélection Continent J va à des styles et à des formes narratives plurielles, autres horizons et chemins à explorer et parcourir pour les jeunes spectateurs.

Guillaume Mainguet

Films