Compétition internationale
43e édition
19>28 novembre 2021, Nantes
FR EN

Accueil > Produire au Sud > Se former > Nantes > Nantes 2018 | 18e Édition

Nantes 2018 | 18e Édition

2018 Nantes Produire Au Sud group
2018 Nantes Produire Au Sud group

édito

Les ateliers Produire au Sud ont aujourd’hui essaimé dans de nombreux pays (cette année : Taïwan, Maroc, Afrique du Sud, Israël, Thaïlande) en dehors de Nantes, et offrent à tous les participants des contenus de formation adaptés à leur situation culturelle et politique, autour des notions relatives à la coproduction internationale. Plus que jamais, l’acquisition des arcanes des enjeux de la coproduction internationale est fondamentale pour les jeunes producteurs et réalisateurs du monde entier. Outre le fait de s’octroyer potentiellement des financements plus conséquents et plus facilement, c’est surtout pour eux une possibilité unique de rallier des réseaux professionnels internationaux gravitant autour des pôles décisifs de l’industrie mondiale : les festivals, les marchés et plateformes professionnels, et bien sûr les financeurs et les grands décideurs. C’est pour cela que le travail des ateliers nantais reste toujours aussi exigeant et nécessaire.

À l’heure de la quarantième édition du Festival des 3 Continents, force est de reconnaître la place singulière qu’occupent les ateliers Produire au Sud sur l’échiquier foisonnant de l’industrie cinématographique européenne et mondiale. Plateforme professionnelle parmi les plus humbles par ses capacités financières et le nombre de projets de film sélectionnés par atelier (six à huit par an), Produire au Sud reste pourtant depuis 2000, date de sa création, un programme de premier choix pour les jeunes réalisateurs et producteurs des trois continents. L’excellence de l’expertise dispensée est reconnue et recherchée pour l’acuité de ses prescriptions et de son accompagnement individualisé. Le choix politique initial de ne pas travailler pour les chiffres (nombre de projets retenus) ni d’avoir l’obligation de résultat (films finalisés) permet à Produire au Sud d’éviter l’écueil de l’anonymat des porteurs de projets et la multiplication des initiatives mercantiles, et incite à une innovation permanente et fine de ses contenus. Ainsi considérés et guidés, nombreux sont les films qui sont « nés » avec Produire au Sud, c’est-à-dire qui y ont été repérés et à partir d’où l’aventure internationale a débuté, avant de rencontrer un succès international à Cannes, Berlin, Locarno, Rotterdam ou Venise : The Wound (Afrique du Sud) à Nantes en 2013, Albüm (Turquie) à Nantes en 2012, La Familia (Vénézuela) à Caracas en 2013, Manta Ray (Thaïlande) à Nantes en 2011, The Dive / Un havre de paix (Israël) à Sderot en 2016 ou encore Nervous Translation (Philippines) à Bangkok en 2014…
Il ne s’agit plus pour Produire au Sud de se targuer encore et toujours d’avoir repéré de jeunes talents ou des films naissants rares – qui peut aujourd’hui à l’ère numérique prétendre découvrir un nouveau talent quand un film est vu par tous les festivals du monde en même temps ? – mais de conscientiser et de concrétiser chaque année davantage les raisons de son attractivité et de la pertinence de sa formation.

Cette année, six nouveaux projets de film viennent rejoindre les bancs sélectifs de l’atelier à Nantes en provenance de pays plus rares : Mozambique, Népal, Bangladesh, Indonésie, Colombie, Niger.
Cette édition Produire au Sud 2018 à Nantes, 18e du nom, est d’avance une réussite puisqu’elle voit deux films passés par ses rangs retenus pour la Compétition internationale : Manta Ray (Thaïlande) de Phuttiphong Aroonpheng était à Nantes en 2011, et The Dive / Un havre de paix (Israël) de Yona Rozenkier à Sderot en 2016. Leur parcours en forme de retour aux sources dessine un cercle vertueux et idéal pour les missions d’accompagnement que s’est données Produire au Sud depuis 2000.

La traditionnelle séance de pitchs de l’atelier Produire au Sud, ouverte au public du festival, aura lieu au Cinématographe le vendredi 23 novembre à partir de 14h00.

Guillaume Mainguet
Responsable des Ateliers Produire au Sud

calendrier

– Atelier : 19 au 25 novembre 2018

Projets sélectionnés

BANGLADESH | Sand City

réalisé par Mahde Hasan
produit par Rubaiyat Hossain et Aadnan Ahmed

COLOMBIE | The Agreement – El Acuerdo

réalisé par César B. Burgos
produit par William Caicedo

INDONÉSIE | Crocodile Tears

réalisé par Tumpal Tampubolon
produit par Mandy Marahimin

MOZAMBIQUE | Picture Frame – Porta Retrato

réalisé par Orlando Mabasso Jr.
produit par Ciro Mondlane
en partenariat avec le Durban Film Mart

NÉPAL | The Land of Ancestors – Simi Nasa

réalisé par Manoj Babu Panta
produit par Nawa Nidhi Dahal

SORTI EN 2021
NIGER & MALI | Zinder

réalisé par Aicha Macky
produit par Ousmane Samassekou

Intervenant·e·s

– Claire Lajoumard, Acrobates Films, productrice – France
– Denis Vaslin, Volya Films, producteur – France & Pays-Bas
– Gualberto Ferrari, consultant en scénario – Argentine
– Joëlle Touma, consultante en scénario – France & Liban
– Thomas Pibarot, vendeur international – France
– Hédi Zardi, vendeur international – France
– Stefano Tealdi, Stefilms, expert en pitch – Italie
– Boris Chapelle, ingénieur du son – France

L’IEA (INSTITUT D’ÉTUDES AVANCÉES)
PARTENAIRE ET DÉCOR DE L’ATELIER NANTAIS

Depuis 2013, l’atelier se déroule dans les locaux de l’IEA. L’Institut d’Etudes Avancées de Nantes est une fondation reconnue d’utilité publique dont la mission est d’accueillir en résidence des chercheurs choisis pour l’excellence et le caractère innovant de leurs travaux. L’ ambition particulière de l’IEA de Nantes est de tisser des relations d’un type nouveau entre chercheurs du « nord » et du « sud », en s’ouvrant largement à ces derniers et en permettant à chacun de confronter la façon dont il perçoit les questions qui, avec le processus de globalisation, se posent désormais à tous.

 

À lire aussi