Compétition internationale
43e édition
19>28 novembre 2021, Nantes
FR EN

Accueil > Produire au Sud > Se former > Nantes > Nantes 2016 | 16e Édition

Nantes 2016 | 16e Édition

Édito

Les plateformes professionnelles dont les festivals internationaux se sont dotés depuis le début des années 2000 sont devenues au fur et à mesure de leur émergence, à la fois de nouveaux points d’ancrage et de facilitation des échanges de l’industrie cinématograhique, et un outil nécessaire à la pérénisation de ces festivals. Sans ces organisations professionnelles, qu’elles se nomment marchés, ateliers ou laboratoires, qui leur confèrent une place et un rôle très identifiés, les festivals peineraient à exister et à attirer publics et professionnels dans un paysage mondial hyperconcurrentiel où les films ne sont plus toujours des arguments suffisamment solides pour convaincre, perdurer, survivre.

La valeur ajoutée de ces plateformes (Marché du Film à Cannes, Open Doors à Locarno, European Film Market à Berlin, FilmMart à Rotterdam, Cine en Construccion à San Sebastian et Toulouse, Venice Film Market à Venise, FID Lab à Marseille et Produire au Sud à Nantes) sur des champs divers comme l’écriture, la postproduction, la production, joue le rôle d’un véritable catalyseur de l’activité de l’industrie globale tout au long de l’année, et redimensionne complètement la place et le rôle des festivals sur l’échiquier mondial de la circulation des films et des principaux acteurs. Les films y naissent, s’y développent, y trouvent leur stratégie de production et leurs coproducteurs, y sont diffusés. Plus que des lieux de Mostra, les festivals sont des carrefours professionnels devenus prépondérants à la fabrication, la diffusion et la pensée du cinéma international indépendant.

A Nantes, le Festival des 3 Continents est aussi repéré grâce à son programme « industrie » Produire au Sud, antérieur à bien des plateformes citées plus haut. La singularité de cet atelier de formation des jeunes cinéastes et producteurs des trois continents aux outils de la coproduction internationale se situe au niveau de la précision de son expertise. En marge des séances du festival, dans un cadre pédagogique unique en Europe et adapté à leur réalité socioprofessionnelle, les jeunes participants élaborent leur stratégie de production, nourrissent leurs contacts professionnels et structurent leur scénario. Depuis 2000, date de la création de l’atelier, nombre de réalisateurs y ont fait leurs premiers pas, ainsi que leur producteurs. Lucrecia Martel (Argentine), Pablo Stoll (Uruguay), Apitchapong Weerasethakul (Thaïlande), Pablo Trapero (Argentine), pour les réalisateurs les plus emblématiques, et James Lee (Malaisie), Soros Sukhum (Thaïlande), Daniel Garcia (Colombie) pour les producteurs, sont aujourd’hui des ambassadeurs de premier ordre qui peuvent témoigner de l’expertise exigente de Produire au Sud et prescrire la plateforme nantaise comme espace incontournable en formation initiale et comme lieu privilégié d’émergence de projets, épargnés par la réalité plus brutale des marchés internationaux.

Entre autres pratiques dispensées pendant l’atelier, celle de la séance de pitching, ou l’art de convaincre de potentiels financeurs, aura lieu en public au Cinématographe le vendredi 25 novembre de 14 h à 16 h.

Les festivaliers pourront y découvrir les douze nouveaux talents de cette 38ème édition, en provenance d’Afrique du Sud, du Soudan, d’Egypte, d’Iran, du Maroc, de Turquie et d’Argentine.

Guillaume Mainguet
Responsable des Ateliers Produire au Sud

calendrier

– Atelier : 21 au 27 novembre 2016

Projets sélectionnés

SORTI EN 2019
SOUDAN & ÉGYPTE | You will die at twenty

réalisé par Amjad Abu Al Ala
produit par Hossam Elouan

IRAN | Mahmood

réalisé par Sina Ataeian Dena
produit par Amir Hamz

SORTI EN 2021
ARGENTINE | La Barbarie

réalisé par Adrew Sala
produit par Sebastián Muro

MAROC | K’siba

réalisé par Simohammed Fettaka
produit par Sarah Lamrini

AFRIQUE DU SUD | Headland

réalisé par Elan Gamaker
produit par David Horler-Blankfield

TURQUIE | The Bus to Amerika

réalisé par Derya Durmaz
produit par Nefes Polat

INTERVENANT·E·S

– Claire Lajoumard, Acrobates Films, productrice – France
– Gualberto Ferrari, consultant en scénario – Argentine
– Stefano Tealdi, Stefilms, expert en pitch – Italie
– Raimond Goebel, Pandora Films, producteur – Allemagne
– Sari Turgeman, ScriptLight, consultant en scénario – France & Israël
– Clément Duboin, Good Fortune Films, producteur – France
– Dominique Welinski, DW, productrice – France
– Thomas Pibarot, Le Pacte, vendeur/distributeur – France
– Michi Noro, EP2C, directrice de post-production – Belgique
– Roman Dymny, ingénieur du son – France
– Yoel Miranda, Kamara, producteur – Turquie
– Mehmet Can Mertoglu, réalisateur – Turquie

L’IEA (INSTITUT D’ÉTUDES AVANCÉES)
PARTENAIRE ET DÉCOR DE L’ATELIER NANTAIS

Depuis 2013, l’atelier se déroule dans les locaux de l’IEA. L’Institut d’Etudes Avancées de Nantes est une fondation reconnue d’utilité publique dont la mission est d’accueillir en résidence des chercheurs choisis pour l’excellence et le caractère innovant de leurs travaux. L’ ambition particulière de l’IEA de Nantes est de tisser des relations d’un type nouveau entre chercheurs du « nord » et du « sud », en s’ouvrant largement à ces derniers et en permettant à chacun de confronter la façon dont il perçoit les questions qui, avec le processus de globalisation, se posent désormais à tous.

À lire aussi