Compétition internationale
43e édition
19>28 novembre 2021, Nantes
FR EN

Accueil > Actualités > Melvin Van Peebles, la course d’un homme libre

Melvin Van Peebles, la course d’un homme libre

25 Septembre 2021 Programme
Van Peebles_1998
1998 Melvin VAN PEEBLES
Van Peebles et JIA Zhang-Ke_1998
1998 Melvin VAN PEEBLES et JIA Zhang-Ke
1998 - Hous Hsiao-hsien, Melvin van Peebles
1998 HOU Hsiao-hsien, Melvin VAN PEEBLES
1988 - Melvin van Peebles
1988 Melvin VAN PEEBLES
1998 - Jia Zhang-ke, Melvin van Peebles
1998 - JIA Zhang-ke, Melvin VAN PEEBLES
1979 - Cinéma afro-américain
Rétrospective Cinéma afro-américain (avec notamment Melvin van Peebles et Charles Burnett)
1979_Presse Ocean_Van Peebles
1979 Presse Océan
1979 - Karina et Van Peebles
1979 Anna KARINA et Melvin VAN PEEBLES

Entre les Etats-Unis et la France, Melvin Van Peebles un temps joggeur impénitent aura multiplié dès les années 60 les allers-retours et à ses rythmes. Collaborateur du magazine Harakiri et rédacteur  au Figaro, il réalisa son premier film en France et en 1968 (!) son premier long-métrage La Permission.

Rentré aux États-Unis, il fit le voyage pour inaugurer en 1979 le premier Festival des 3 Continents dont il fut président du jury à l’occasion d’une édition non moins inédite à l’époque puisqu’elle aura été pour de nombreux cinéastes afro-américains une rencontre originaire avec le public européen. Le réalisateur du mythique, rageur et caustique, Sweet Sweetback’s Badasssss song revint régulièrement visiter les 3 Continents, y voir des films, parler de cinéma, se produire en concert même exhibant ses casquettes et un sourire que le public aura accueilli chaque fois avec bonheur.

Melvin Van Peebles s’est éteint le 21 septembre 2021 à New York. Melvil, The Big Heart (titre de son premier roman) fut des nôtres. Il le restera.

JB

À lire aussi