Compétition internationale
42e édition
20>29 novembre 2020, Nantes
FR EN

Accueil > Produire au Sud > Universitaire en résidence > Universitaire en résidence 2019

Universitaire en résidence 2019

Carine Bernasconi, Scholar in Residence 2019
Carine Bernasconi, Scholar in Residence 2019

  • Université de Nantes
  • CRINI
  • Copro Research Network (CoRN)
  • IEA/IAS
  • CinEcoSA
  • HESCALE

Appel à candidatures 2019

Produire au Sud et l’Université de Nantes ouvre ainsi un appel à candidatures pour ce troisième programme “Universitaire en résidence” pour cette édition 2019, qui se tiendra à Nantes, à l’IEA (Institut d’Etudes Avancées) du 18 au 24 novembre 2019 (les dates du Festival vont du 19 au 26 novembre).

Les projets de recherche soumis peuvent aborder une large variété de champ d’études :

  • Le monde de la coproduction internationale
  • les mécanismes de financement des films
  • les nouvelles technologies et les évolutions de l’industrie cinématographique mondiale
  • la coopération entre les différentes professions de la filière cinéma (réalisation, production, diffusion, ventes…)
  • les récits interculturels et mondiaux,
  • les relations professionnelles interculturelles (business, communication, language et traduction),
  • Programmes de formation

Le programme s’adresse aux chercheurs de toutes disciplines, notamment les filières Cinéma & Media, l’anthropologie, la sociologie, le marketing, l’économie du cinéma.
Tout le programme de la semaine est donné en anglais.

Organisation de la Résidence

Les activités de recherche pendant l’atelier Produire au Sud sont :

  • Le/la chercheur/se devra assister aux sessions collectives et à certains entretiens individuels pendant la semaine.
  • Il/elle devra réaliser des entretiens des participants.
  • L’universitaire donnera au moins une conférence de son champ de recherche à la Maison de la Recherche de l’Université de Nantes pour les participants de Produire au Sud, les universitaires de Nantes , and les “fellows” de l’Institut d’Etudes Avancées (IEA).

Retour et Travaux

Après Produire au Sud, l’universitaire doit renvoyer deux documents :

  • un rapport de  1,000-1,500 mots, qui ne sera pas publié, relatant de son/sa expérience durant l’atelier au comité de sélection.
  • un article de 3,000 mots reprenant les données relevées à Nantes pendant son séjour. Ce document sera publié sur le site de Produire au Sud et intègrera la banque de connaissance de l’atelier.

Processus de sélection

Les candidats doivent soumettre un projet de recherche de 1,000 mots pour lequel Produire au Sud constitue un terrain d’investigation particulièrement riche, et un CV détaillé.

Les membres du comité de sélection sont :

Guillaume Mainguet (Responsable Produire au Sud)
Nolwenn Mingant (Université de Nantes)
Katell Léon (Université de Rennes)
Julia Hammett-Jamart (Co-production Research Network (CoRN))

Sélection 2019

Pour cette troisième édition de la résidence, c’est la chercheuse Carine Bernasconi qui a été retenue.
Carine Bernasconi (Docteure, Université de Lausanne) a écrit une thèse sur la problématique des cinémas non occidentaux en Europe; sa recherche portait sur le cas du cinéma iranien en France à travers une analyse des discours, des modalités de diffusion et de production. Dans ce cadre, elle a proposé plusieurs articles et conférences sur Mohsen Makhmalbaf, Sohrab Shahid Saless, Jafar Panahi ou Mehran Tamadon ; elle a aussi abordé des questions comme les théories de la représentation en Iran, l’exotisme dans le cinéma iranien ou le numérique en Iran. En 2019, elle a étudié un semestre à l’Université de Téhéran.

En parallèle à son parcours académique, elle a travaillé plus de quinze ans dans le milieu du cinéma où elle a pu approfondir ses connaissances sur la circulation des films : elle a collaboré à divers festivals comme programmatrice, rédactrice ou modératrice : Locarno (2004-2014), Visions du réel (2005-2009) et Cinéma du réel (2009-2019). Elle également a été membre du comité de lecture des scénarios de longs-métrages pour Arte France Cinéma (2012-2016).

Ces dernières années, elle a organisé plusieurs tables rondes sur les cinémas iranien et chinois (Centre Pompidou), l’utilisation des archives dans le documentaire (Forum des Images), la question de la traduction des films et des sous-titres (Visions du réel) ainsi qu’un programme de documentaires taïwanais (studio Luxembourg-Accatone). En 2017, elle a organisé une rétrospective de documentaires internationaux au Festival Cinéma Vérité à Téhéran.

Depuis septembre 2019, elle enseigne les théories du cinéma à l’Université de Lausanne ; ses champs de recherche actuels sont les post-colonial studies et le cinéma français.

Sa thèse sera publiée en persan et en français en 2020.

Observation de l’universitaire en résidence 2019
Carine Bernasconi

« Le Festival des 3 Continents occupe une place importante dans mon travail de thèse puisqu’il s’agit depuis sa création à la fin des années 1970 d’un lieu majeur de la diffusion des cinémas non occidentaux, notamment iranien, mais également de leur construction discursive, ce qui a contribué à affirmer leur présence et leur reconnaissance en France et à l’international. Ayant beaucoup étudié les compétitions et les rétrospectives du Festival, j’ai envie désormais de m’intéresser plus précisément au fonctionnement de Produire au Sud afin de poursuivre ma réflexion sur la manière dont des initiatives françaises favorisent l’émergence de cinémas étrangers. Concrètement, je souhaiterais étudier la manière dont la perspective d’une coproduction internationale peut modéliser les projets sélectionnés, c’est-à-dire de repérer les attentes et les besoins de coproducteurs potentiels et la manière dont les réalisateurs et les producteurs des projets peuvent y répondre. »

Atelier Produire au Sud : Une fabrique du national
Par Carine Bernasconi

Pour plus d’informations

À lire aussi